Enculée sauvagement par un SDF

Salut tout le monde, c'est Marjorie, vous vous rappelez de moi ? Je suis la jolie brune libertine et exhibe qui s'est fait enculer par son voisin il n'y a pas longtemps. Figurez-vous qu'on s'est revu plusieurs fois depuis cette baise et qu'on est devenu des amants assez réguliers. Mais à chaque fois que je pars de chez lui, j'ai salement mal aux fesses, donc j'essaie de ne pas le voir plus d'une fois par semaine. Il m'est de nouveau arrivée un truc de fou il n'y a pas si longtemps de ça. En même temps je pense que je l'ai bien cherché. J'étais avec une copine à moi en train de jouer la salope sur une aire d'autoroute. J'aime bien faire de l'exhibe dans des lieux publics. Ma copine était chargée de me prendre en photo en train de faire la grosse chienne. Il faisait chaud ce jour-là et je portais une petite jupe avec une chemise. Je m'amusais à écarter les cuisses pour dévoiler ma chatte, et à sortir mes nibards de temps en temps. Je faisais assez attention parce qu'il y avait pas mal de camionneurs à cette heure-ci. Je ne voulais pas me faire capter.

Mais finalement, il s'est quand même passé un truc assez incroyable. Je ne pensais pas qu'une telle aventure pouvait m'arriver. D'habitude, on voit ce genre de scène dans un film de cul. Ça m'apprendra à toujours faire la salope et la petite allumeuse lorsque je fais une séance d'exhibition. Oui, j'aime être en jupe très courte sans rien en dessous, et j'adore dandiner légèrement du boule et faire des regards de chienne pour rendre fous les mecs que je croise. Ce jour-là, j'étais allé manger au restaurant avec ma meilleure amie, puis nous avons fait une séance photo un peu coquine à l'écart sur l'aire d'autoroute. Il était environ 17h lorsque je l'ai quitté pour me rendre à mon véhicule et rentrer chez moi. Ma copine était déjà parti, mais moi j'avais du mal à retrouver ma bagnole, il y en avait partout, et cette séance m'avait  excitée. Quand je suis dans cet état, j'ai tendance à perdre un peu mes moyens. J'ai commencé par prendre une sorte de petit sentier pour passer sous la voie rapide, et un moment, j'ai coupé par une sorte de zone industrielle. Je me souvenais maintenant que j'étais garée dans ce coin.

 

C'est alors que j'ai entendu "Hey, salope!". Je me suis retournée, il n'y avait personne et j'ai commencé à avoir la frousse. J'ai entendu des pas dans les gravillons se rapprocher de moi, et dans une zone un peu plus lumineuse, une sorte de clochard est apparu. Il m'a tout de suite dit qu'une salope comme moi ne devrait pas passer par ici à une heure si avancée un samedi après-midi, et que si je criais il me ferait du mal. Je l'ai donc suivi dans sa maisonnette en tôle et en planche de bois où régnait une ambiance glauque, avec des bougies allumées et des cadavres de bière un peu partout. Ça sentait vraiment fort là-dedans, et j'ai même pu voir quelques capotes usagées qui jonchaient le sol. Le mec a bien vu que je commençais à flipper, et il n'arrêtait pas de me fixer avec son regard d'ivrogne et de déviant sexuel. J'essayais de me rassurer en me disant que je l'avais bien cherché, et qu'au fond de moi, j'ai toujours voulu me faire serrer par un clodo dans un endroit crade. C'est une sorte de fantasme que je n'ai jamais voulu réaliser, mais c'était pourtant sur le point d'arriver, malgré moi... Je ressentais tout de même une excitation malfaisante dans cette petite cabane en présence de ce malade...

Je pensais à ce moment que j'aurais dû fuir en courant, mais j'étais paralysée et en même-temps très curieuse de savoir ce que ce SDF allait bien pouvoir me faire. Il titubait un peu et il puait l'alcool à 10 kilomètres. Il s'est jeté sur moi et à tout de suite glissé ses mains sous ma jupe pour saisir fermement mes grosses fesses de salope. Je faisais un peu semblant de vouloir me débattre, mais au fond de moi et entre mes cuisses, l'envie de me prendre une bonne cartouche était trop forte. Sans me demander, il a tout de suite enfoncé un doigt crasseux dans mon trou du cul. Il prenait un malin plaisir à me baiser le fion avec son doigt dégueulasse. Il allait et venait à l'intérieur de ma fondation sans prendre la peine de préserver mon petit trou. Il visait parfois de travers ce qui m'infligeait une petite douleur, mais dans l'ensemble, ce doigt dans le cul avait au moins le mérite de me détendre un peu. L'idée de fuir s'éloignait de moi petit à petit.

 

Il m'a ensuite dit qu'il allait m'enculer comme un sauvage, mais il voulait d'abord que je le pompe pour lui donner une bonne érection. Je me suis exécutée tout de suite, de peur de recevoir un coup, et j'ai engamé son sexe mou dans la bouche. Elle puait la crasse et la pisse. J'avais du mal à contenir mes hauts le coeur qui me submergeaient. Cette bite était certainement la plus sale, la plus dégueulasse et la plus poisseuse qu'il m'a été donné de piper. Pourtant, après quelques instants, sa crasse qui se mélangeait à ma salive de citadine donnait un goût de queue plutôt appréciable. Je lui ai bien lustré le gland avec ma petite langue agile. Je l'ai ensuite aspiré jusqu'aux couilles pendant de longues minutes. Sa queue n'était pas très épaisse, mais elle avait une longueur respectable. Je le branlais puis le suçais, le regardant avec mes yeux de biche apeurée. Je pense qu'il appréciait me dominer de la sorte. Pour lui, il me violait, alors qu'au fond de moi j'en voulais encore plus.

Il bandait maintenant comme un âne et je me suis relevée pour lui offrir mon derrière. Il s'est lui-même baissé pour me bouffer un peu le fion avant de ficher sa flèche dans mon rectum. Encore un mec qui commence tout de suite par m'enculer... Personne ne veut de ma chatte ou quoi ? Il m'atomisa le trou comme un spéléologue explorant une cavité profonde. J'avais mal aux fesses mais je prenais un plaisir fou à me faire enculer de la sorte par un pauvre marginal. Je voulais encore profiter de cette baise inopinée, mais le clodo ne pouvait plus se retenir, certainement à cause de son âge et de la bière,  et il se lâcha complètement dans mon cul pour le remplir de sperme gluant. J'avais bien joui mais je ressentais une honte énorme, et j'ai fui la scène du crime au plus vite. La prochaine fois, je pense tout de même que je passerai de nouveau par-là pour espérer croiser la route de ce clochard assez doué.

Pour vivre votre fantasme, au tel avec MARJORIE :

Pour écouter MARJORIE raconter ses récits sexe par tel :

  1. eddie
    | Répondre

    j’adore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *