Mon voisin black me soumet comme un pervers

Je suis Marjorie, j'ai 31 ans, et je vis actuellement toute seule dans un bel appartement que j'ai reçu après mon divorce. J'en ai marre des mecs, je vous jure, il y a toujours quelque chose qui ne va pas. Je me sens mieux maintenant que je suis célibataire, mais j'avoue que sentir un mec auprès de moi et dans moi me manque énormément. Il n'y a que des vieux dans mon immeuble, sauf le nouveau voisin de palier. Je ne sais pas de quel pays il vient exactement, mais c'est un grand  mec au crâne rasé avec un accent de l'est.

On s'est parlé deux ou trois fois depuis qu'il est là, mais ça ne donne rien de concret pour l'instant. Je l'ai encore vu il y a deux minutes à la boite aux lettres, et il a vraiment regardé mes fesses avec insistance, je pense qu'il veut vraiment un truc avec moi. Mais je ne sais pas, ça se fait pas entre voisins, même si ça ne me dérange pas plus que ça vu que j'ai toujours été une femme libertine. Oh, ça sonne à la porte, je vous laisse, je vais voir qui c'est. Mais, c'est le beau voisin, il me demande si j'ai du sucre en rab pour faire une tarte aux pommes. En plus d'être attirant, il sait pâtisser!

Je vais lui chercher ça et lui propose d'entrer en attendant. Il me suit jusqu'à la cuisine. Je sens déjà son regard oppressant de pervers se poser sur mes fesses. Je pense qu'il peut voir un morceau de mon tatouage dans le bas de mon dos, et ça doit le rendre dingue... J'arrive à la cuisine.. Je monte sur un tabouret pour atteindre le placard du haut, et là je sens un truc se poser sur mes fesses! Déjà?! Putain, le mec il n'a pas froid aux yeux et il ne doute de rien ! Je me retourne, c'est lui qui met sa tête dans mon derrière et qui renifle de grands coups, comme un animal en manque. Je crois qu'aucun mec ne m'a jamais fait un truc pareil... Je prends un peu peur mais je ne peux pas bouger, il me prend les hanches avec ses grosses mains. Je suis à sa merci. Il me dit qu'il veut me baiser et me soumettre, que je suis une sale câtin et que je vais goûter à son gros manche de Russe.

Je suis choquée d'entendre des trucs comme ça, jamais un homme ne m'a autant insulté que ce voisin indélicat. Mais j'avoue que je ressens quelque chose de nouveau, une sorte d'excitation que je ne peux pas refouler. Il me pose sur le carrelage de la cuisine comme si je pesais 100 grammes et m'ordonne de le piper. Il déballe alors un rondin vraiment énorme, et je tente de le sucer convenablement, mais ça fait mal à la bouche. J'ai du mal à respirer, putain quel gourdin. En plus de me parler mal, il me donne de grosses gifles avec son sexe. Je peux vous dire que je passe un sale moment, mais c'est tout de même bon.

 

 

 

Il m'ordonne ensuite de lui lécher un peu les boules et de me mettre à quatre pattes. Je m'exécute, et il arrache mon pantalon et ma culotte. Il se rend bien compte que je commence à aimer ce traitement rugueux, car j'ai la raie humide comme une rivière. Je ferme les yeux et je m'attends au pire. C'est là qu'il m'encule d'un coup sans prévenir. Putain, j'encaisse son mastodonte comme je peux, mais j'ai le cul qui hurle de douleur. Il est si profond en moi que j'ai la nausée.

Il me claque le cul jusqu'au fondement et me sodomise comme un forcené. Je lui demande de se calmer un peu mais il m'envoie chier et me dit de fermer ma gueule, que je ne suis qu'une tanche et que c'est tout ce que je mérite. Quel enfoiré ! Je ne peux rien faire, il est vissé en moi, en plein dans mon trou, et mon anus de femme libertine souffre d'être autant écarté. Pendant que j'essaie de ne pas trop montrer ma douleur, et alors que je me concentre pour ne pas tribucher, car il bourrine fort, je commence à sentir un certain plaisir qui part de mon cul pour se disperser dans tout mon corps.

C'est ça le plaisir anal ? Je crois que je commence à le sentir... C'est pas la même chose qu'un orgasme vaginal, mais c'est tout de même très appréciable.

Chaque fois qu'il me fourre un nouveau coup de bite dans le derrière, je sens ses grosses boules me percuter la fente. Je sens bien qu'elles sont pleines, et en position de combat. Elles ont l'air lourdes et sont épilées de près. Malgré le plaisir que je ressens au niveau du cul, et les ondes orgasmiques qui commencent à innonder mon ventre, cette baise devient trop brutale pour moi. Je suis libertine, j'ai fréquenté des clubs pas très nets et des hommes un peu louches, mais alors lui, il m'inflige un traitement très spécial. Heureusement pour moi, il se met d'un coup à se retirer de mes fesses et à se lâcher sur mon troufion. Il gueule comme un putois en éjaculant sa semence.

Tout son foutre coule sur mon cul, j'en ai partout, et bien entendu il ne m'a pas demandé mon avis. Bref, Je crois que c'est bien la dernière fois que je dépanne un voisin... Non, pour être sérieuse, j'ai bien aimé ce moment un peu violent, et je pense que je vais revoir ce mec assez vite. Je vous raconterai la suite dans une prochaine histoire. Bisou !

 

 

Pour vivre votre fantasme, au tel avec MARJORIE :

Pour écouter MARJORIE raconter ses récits sexe par tel :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *