Sexe entre filles improvisé sur la table du tatoueur

Aventure-coquine-racontée-par-Karina

Coucou les lecteurs et lectrices

Toute nouvelle ici ! Je me présente, je m’appelle Karina. J’ai 24 ans et j’habite Nice. J’ai des origines Italiennes et espagnoles, ce qui donne un mélange détonnant ; le feu rencontre un autre feu. Physiquement, j’ai le visage d’une jeune fille toute sage ; un petit nez en trompette, des yeux marrons et malicieux, de jolies lèvres bien dessinées. Une brune classique qui cache un véritable volcan. En effet, sous mes habits de jeune femme se cache un corps tout autre.

Je veux déjà parler de ma poitrine, exhibant un 90D qui fait fondre les gars ; et une petite chatte aux lèvres minces, assez étroite, mais qui demande constamment des queues bien grosses. Bref une fille sage quand on ne me connaît pas, mais une vraie salope pour les garçons qui ont eu la chance de me baiser. Et vu que je suis agent immobilier, je vois passer pas mal de monde qui me reluque !

Cette histoire se passe il y a deux ans, quand j’ai décidé de passer à l’acte et de réaliser un vieux rêve, celui de me faire tatouer ! J’ai réfléchi durant des mois, demandé des conseils à des amis filles et garçons sur le choix du motif ; puis je me suis décidé et j’ai poussé la porte du tatoueur pour réaliser la chose. Je fus accueillie par une jeune femme, une blonde d’une trentaine d’années, au regard diablement pénétrant et tatouée de toute part.
Elle portait un short en jean et un tee shirt noir assez moulant, et je ne pouvais pas m’arrêter de la dévisager tant elle était belle, sexy, et magnifiquement tatouée. J’avais déjà envie de passer sur la table, si possible avec elle et Andrea me rassura sur le fait que tout allait bien se passer. Et qu’elle allait s’occuper de moi. Puisque ce matin il n’y avait personne de prévu. Je la regardais avec gourmandise, des pieds à la tête et elle semblait en faire de même. Elle me demanda où je voulais placer mes dessins, et je lui expliquais que je voulais un motif floral sur le ventre, et un autre à côté, qui descende jusqu’à mon petit minou…

Elle me fit passer dans une pièce avec des instruments, puis me demanda de me déshabiller, pour appliquer le calque de mon motif. Je retirais mon pantalon et ma chemise, et j’étais donc devant elle en soutif et string assorti.

« wahou, t’as des seins magnifiques tu sais » me dit elle en les observant. Elle me demandait s’ils étaient vrais et je posais sa main sur eux, pour qu’elle puisse vérifier. Elle passa sa main sur ma poitrine, d’un geste sensuel, l’appuyant un peu, avant de me complimenter à nouveau, et me demander de me mettre sur la table. Puis elle appliqua le calque et commença immédiatement le travail. Ca piquait, à cet endroit sensible en plus, je commençais à dérouiller grave. Au bout de 15 minutes j’avais déjà les larmes aux yeux de douleur et Andréa le vit.

Elle arrêta et me rassura, passant sa main dans mes cheveux, disant qu’elle avançait bien et qu’il fallait que je tienne le coup. Elle était très tactile, câline même, ça me faisait des choses.

Histoire-erotique-entre-femmes-pour-sexe-lesbienne

Puis elle a retiré mon string pour passer le calque près de mon sexe, et tout en le plaçant, elle a commencé à l’effleurer, une fois comme par hasard, puis une deuxième, espérant que je réagisse et que je l’arrête ; mais j’aimais ça. Puis ce fut une caresse beaucoup plus poussée, sans un mot, je sentais sa main sur mon clito, qui jouait avec, qui le faisait se dresser doucement, puis ses doigts se promenaient sur mes lèvres, entrant à peine, ouvrant mon sexe tout doucement.

Je me mis à gémit et en signe d’acceptation, je posais ma main sur mon sexe, écartant mes lèvres pour elle. Elle enfonça alors sa langue en moi, profondément et l’agita dans ma chatte comme si elle goûtait une glace, me léchant et me suçant doucement, donnant des petits coups de langue sur et dans mon sexe.

J’écartais la peau autour de mon clito et elle vient le prendre en bouche, le suçotant lentement ce qui me fit gémir d’autant plus fort. Je me soulevais, assez pour retirer mon soutien gorge et je lui offrais mes seins, qu’elle venait généreusement embrasser, et frotter son visage contre eux, elle titillait mes tétons tandis que ses doigts s’enfonçaient en moi, pénétrant mes chairs moites et gorgées de plaisir.

Elle m’excitait et je l’attirais vers moi pour l’embrasser, et faire entrer ma langue dans sa bouche. Ses doigts fouillaient ma chatte, je les sentais bien au fond de moi, sur cette table froide où je me tenais, brulante et prête à jouir ; j’avais envie de lui bouffer la chatte et Andréa mit un doigt sur ma bouche, me demandant de la laisser faire.

Elle redescendit sur ma chatte, lécha ses doigts en poussant un gloussement, puis retourna sur mon minou, l’écartant puis descendant sa langue tout en bas, vers mon cul qu’elle lécha également. J’avais envie de me laisser aller totalement avec elle, je n’éprouvais aucune gêne à être nue devant elle, même si je n’avais pas beaucoup d’expériences avec les femmes. Elle me lécha l’anus, le titillant du bout de la langue et je me cambrai afin de lui laisser un accès total.

Pendant ce temps ses doigts retournaient dans mon sexe, et s’agitaient, trois doigts entraient et sortaient de moi rapidement, de plus en plus rapidement, ce qui me faisait frissonner, gémir et en j’en voulais encore.

Sa langue retourna à mes lèvres, puis à mon clito et elle s’activa sur moi, me regardant et me disant qu’elle allait me faire jouir ; et cela arriva quelques minutes plus tard, j’atteignis l’orgasme avec ses doigts et je me cramponnais à la table avant de crier, me mordant les lèvres.

Voilà comment Andréa a sur me détendre parfaitement, avant de continuer son travail !

Pour vivre votre fantasme, au tel avec KARINA :

Pour écouter KARINA raconter ses récits sexe par tel :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *