Une expérience voyeuriste qui m’a excitée comme une folle !

histoire-de-sexe-de-daphnee

 

Cette histoire s’est passée il y a quelques mois un soir où je déambulais dans les quartiers huppés de la ville. Je faisais un photo reportage sur la vie des gens à travers leur fenêtre et je mitraillais des immeubles, mais aussi des maisons de village qu’on retrouvait un peu partout. Ce soir-là, il devait être 22h, la nuit était tombée. Je portais un jean moulant et un top blanc, sans soutien gorge pour un peu de liberté et d’exhibition, et une veste en cuir de couleur noire. A chaque pas, mes seins lourds ballotaient et je n’avais qu’une envie, c’est que les gens me regardent et remarquent cela quand je marchais dans la rue. J’arrivais devant une maison assez cossue, aux multiples fenêtres éclairées. Je décidais de m’aventurer dans le jardin, puisque le portail était ouvert. J’avançais doucement, l’appareil dans la main, prêt à surprendre un moment de vie. Je m’approche d’une fenêtre, la cuisine était vide, la table avait été débarrassée mais les restes trônaient encore sur le plan de travail.

Je change donc de fenêtre et m’approche de celle du salon. Doucement, lentement, je me fais toute petite. Et voilà que je surprends une scène beaucoup plus intéressante ! Un canapé gigantesque en velours gris, un salon richement décoré et surtout, madame, nue et jambes écartées en train de se faire brouter le minou par son chéri ! La scène est éclairée par une lumière tamisée, des chandelles à vrai dire, mais je distingue très bien la scène. La jeune femme, assez jolie, une blonde coupé carré, aux jambes fines est en train de prendre son pied avec un homme qui doit avoir son âge, une trentaine d’années. Sa langue passe sur ses lèvres, et il écarte encore plus ces jambes, avant que sa belle décide de les attraper et de les garder près d’elle, dans une posture très gymnastique. Les jambes repliées sur son opulente poitrine, la dame me fait concurrence, elle se laisse faire et je la vois gémir quand le gars commence à lui enfoncer ses doigts dans la chatte. De là où je suis, je distingue 3 doigts qui pénètrent ces chairs et qu’il remue une fois à l’intérieur, lui écartant bien sa petite chatte. Je commence bien entendu à mouiller comme une cochonne, j’aimerais bien être à la place de madame, voir pourquoi pas de Monsieur. Je range mon appareil dans son étui et je profite de la scène pour moi aussi me caresser mes seins, qui sont déjà en train de pointer devant ces jolis préliminaires. Ca m’excite de voir le gars cracher sur le con de la jeune femme et continue de baver sur elle, puis lui lécher de manière sauvage son clito, tout en continuant de la doigter. Ils commencent tout deux à gémir, et même la fenêtre fermée, je parviens très bien à entendre leur râle. Je remue mes seins, et je commence à titiller mes mamelons, puis mes tétons, les frottant et les pinçant très jusqu’à ce qu’ils se dressent bien droits. Pendant ce temps le gars a fini de lécher et il enfile une capote, avant de retourner vers le canapé pour continuer sa baise. Il attrape alors les jambes de la dame, les laisse suspendues en l’air et pendant ce temps c’est elle qui saisit sa queue et qu’il l’oriente vers le trou de sa chatte pour qu’il la baise. Il la pénètre sans plus attendre, et tenant toujours ses jambes, s’appuie contre le canapé pour la baiser en profondeur ; sa queue entre en entier et il commence à lui ramoner le conduit, la faisant crier de plaisir devant une telle belle bite.

Bonne-pipe-sur-Eric-lors-de-mon-recit-sexe

Elle coulisse dans sa chatte, les deux amants s’embrassent à pleine bouche et il s’écrase contre elle, malaxant ses seins pendant qu’elle rabat ses jambes sur le cul du jeune homme, lui intimant un mouvement plus rapide, plus vif et surtout plus profond. Mes tétons me font mal, je met automatiquement ma main sur ma chatte et à travers le jean je sens la moiteur de ma chatte, j’ai envie moi aussi de me faire défoncer. Devant moi c’est une levrette qui s’organise ce qui me permet de mater le joli cul du gars, musclé comme j’aime. Je commence alors à me caresser la chatte, mettant la main dans mon jean ; mes doigts rencontrent la moiteur de mon sexe, ma chatte dégouline, j’ai envie qu’ils se tournent et me voient à travers la fenêtre me masturber pour eux et devant eux. Mais ils me tournent le dos et il est bien trop occupé à fourrer la chatte de la dame, qui écarte les fesses de ses deux mains pour l’accueillir. J’ai envie qu’il l’encule, j’aime me faire sodomiser et j’imagine sa grosse queue pénétrer mon cul, me ravageant l’arrière train comme une pute. Au lieu de cela j’assiste à une levrette des plus classiques mais tout de même excitante. D’ailleurs madame est en train de jouir, je vois qu’elle joue avec mes boules de son gars, avant de se mettre à crier de plaisir sans s’arrêter. Puis le gars sort sa queue, enlève la capote et répand son foutre sur le cul de sa chérie, elle a du sperme dans tout le dos. Ma chatte est trempée, mais j’n’ose pas aller plus loin et je m’éloigne de la fenêtre, jurant un jour de revenir les voir ici.

Pour vivre votre fantasme, au tel avec DAPHNEE :

Pour écouter DAPHNEE raconter ses récits sexe par tel :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *