Découverte des plaisirs de la soumission avec mon maitre Jean

soumission hot pour gaby JF 21 ans salope

« Rien ne qu’a imaginer ton cul rougis par mes soins je bande, ta bouche va être utiliser et aujourd’hui !»

« Prépare ton anus petite chienne car tu vas manger sévère a se « rendez-vous » »

 

Voila les deux derniers messages que je viens de recevoir de Jean il n’aura pas tenue une semaine pensais-je en me mordillant la lèvre. Ma main glisse entre mes jambes alors que je suis déjà trempée a l’imaginer la devant moi devant lui obéir, je soupire rêveuse. Je dois bien me mettre en tête qu’il est un homme marié et que c’est lui qui mènera toujours le jeu. Je m’insère un doigt puis ne voulant pas attendre je me lève et je vais chercher mon gode, j’enclenche la fonction vibration et m’allonge a même la moquette de ma chambre, les jambes plier et écarter je l’imagine me mordre les seins, me les pincés, me sucer la chatte et me prendre sauvagement puis d’un coup me retourner et me faire hurler en me prenant l’anus de force. Le stimulateur sur mon clitoris je me chatouille cette porte que tout le monde pense interdite. Je commence a trembler, soupiré, comme une folle mais je n’y arrive pas il me manque un truc.

Je décide donc de me stopper un cours instant et je mets une vidéo porno. Voila qui m’excite plus encore ! visionnant cet homme prenant en levrette une femme, lui claquant violemment le cul, lui tirant les cheveux en arrière. Je vois sa bite s’enfoncer profondément dans sa petite chatte, je me touche me pince, je deviens folle de manque ! il me faut baiser et vite ! d’un seul coup je me met a gémir, je jouie, et reprend mes esprits. Voila a quoi je ressemble lorsque je commence a être en manque et Jean n’arrange rien du tout… Je décide de lui répondre malgré tout.

« Mon cul, ma chatte et ma bouche n’attendent que toi…Mes seins pointes a t’imaginer te branler. Quand et où ? »

« Rendez- vous sur le parking du centre commercial dans 30min, je vais t’amener quelque part… »

Oh putain ! il faut que je me prépare et fissa ! aujourd’hui je vais mettre une robe noir très légère et facile a enlever sans aucun sous-vêtement, a quoi bon en mettre ? je laisse mes cheveux détacher et me met un coup d’eye liner. Je me prépare mentalement a être prise de partout, la chair de poule recouvre mes bras, j’ai tellement hâte ! je me dépêche de monter en voiture et de prendre la route pour le retrouver, je déteste être en retard alors il vaut mieux que je sois en avance. Lorsque je me gare, des voitures s’étalent a perte de vu, comment je vais faire pour le retrouver ? je commence a stresser, un sms arrive et met fin a mon inquiétude.

« Rejoins-moi près de la pharmacie. »

Si je pouvais voler je le ferais mais ce n’est pas le cas alors je ferme mon véhicule et marche rapidement jusqu’à celle-ci. Je le remarque avant qu’il ne me voie. Ce qu’il est beau… ne pas s’attacher a cet homme, je me remémore.

— As te voilà petite garce ! Va chercher de la vaseline et un paquet de capote, ordonne-t-il.

Je fronce un instant les sourcilles puis j’obéit, s’il me demande c’est qu’il va en avoir besoin, tous les scenarios sont déjà possibles, mes cuisses se sert, a l’imaginer en moi, je soupire déjà excitée. La vendeuse me regarde bizarrement avec mes articles, je souris fièrement, la remercie et je sors a la hâte de la pharmacie. Les articles dans les mains, j’entre dans son véhicule, des idées bien coquine me vienne en tête, rolalala je dois me calmer !

— Qu’es ce que tu es bandante ! soulève ta robe que je vois avec quoi tu t’es décoré aujourd’hui.

Je lève mon vêtement jusqu’à ma taille, laissant mon intimité poser a même le siège, je souris niaisement fière de n’avoir rien mis. Il me dévore des yeux, sa main viens de faufiler entre mes cuisses et il y découvre que je suis déjà bien trempée, monte ses doigts chatouille un instant ma chatte puis il remonte ses doigts a ma bouche que j’attrape et que je suce comme s’ils étaient sa bite en le regardant de façon suggestive. Jean reprend possession de sa main puis déboutonne sa ceinture pour en sortir sa queue bander, je m’en mords la lèvre d’envie.

 

Baise SM soft avec gaby salope soumise

 

— Tu la veux et bien tu l’auras, tu attends que je me mette en route. Chose que je vais faire immédiatement je n’ai pas envie que les gens voient ma bite ils seraient jaloux !

Jean met le contacte et s’insère dans la circulation, les jambes croiser, je sens mes lèvres palpiter d’excitation. A un feu rouge il attrape un sac a l’arrière et me le tends. Il reprend la route et me jette un coup d’œil.

— Qu’attend tu ? Ouvre le sac et met ce qu’il y a, à l’intérieur, ensuite tu va venir me pomper, je n’ai pas envie de tu vois la route, c’est une surprise !

J’ouvre le sac et y découvre un vibro suceur de clitoris, je n’ai jamais eu l’occasion de tester un jouet pareil. Je l’imprègne de ma mouille en le frottant doucement puis je me l’insère. Je regarde jean et ses yeux pétillent de malice, une petite télécommande dans la main et allume le vibro, ca me surprend et je me tend comme un arc.

— Aller maintenant a mon tour ! dit-il en se dégageant de son pantalon.

Je m’empresse de me baisser a sa taille, je le prend en main, sa peau est douce, je le lèche sur toute sa longueur et le prend en bouche plus franchement, je le branle doucement et le pompe comme si il était la meilleur glace du monde et il est vrai que son gout est loin de me déplaire. La succion du vibro s’intensifie et je gémis avec sa queue en bouche ce qui le fait gémir également. Je me tortille sur le siège en réclamant plus, et je suce comme une folle lorsque je sens que la voiture s’immobilise. Je m’arrête machinalement puis jean me dit :

— Es ce que je tes demander d’arrêter ? Non mais tu as de la chance nous sommes arrivés a destination, alors réajuste ta robe et sert bien les cuisses je ne veux pas que tu perde ton jouet !

Je lui obéis, m’essuie la bouche et regarde où nous sommes. Une maison arborer d’un grand jardin priver. Je suis complètement perdu, je ne sais pas ou je me trouve, je n’ai qu’a le suivre. Je sors de la voiture et patiente, il m’attrape le bras et m’entraine avec lui jusqu’à une grande porte en bois comme l’on vois dans les films historiques. Jean sonne, une femme vêtue de cuir vient ouvrir la porte.

— Jasmine je suis heureux de te revoir, voila ma nouvelle protégée ta tester dans tout les sens du terme, dit Jean.

Le vibro continue, j’ai la tête qui commence a tourner, et je souffle comme une folle face a cette femme terriblement sexy.

— Elle a l’air de vouloir jouir ta petite chienne, dit Jasmine.

— Elle va patienter encore un instant, as-tu quelqu’un qui a soif chez toi ? Gaby a tendance a couler fortement.

— Entrez je vais voir.

Nous entrons dans la maison, des tapis rouges et des tentures des mêmes couleurs couvrent sols et fenêtres. Puis mon regard est attiré par une pièce avec des fouets, des martinets, un banc, des sangles, des menottes. Bordel je suis ou là ?

— Alors petite chienne es-tu prête ? demande-t-il en appuyant plusieurs fois sur le bouton +.

— Oui allons-y ! je réponds, pas sur de ce que je fais.

Il me prend la main, m’amène a un mur ou sont accrocher des menottes, place mes poignets dans ceux-ci, la vibration me fais me tendre et fermer les yeux tant le plaisir me submerge, j’ai besoin de jouir maintenant !

— J’ai Marlon qui est en apprentissage aussi, il va s’occuper de la faire couler, annonce Jasmine.

Marlon me rejoint et se met a genoux, enlève le jouet et attend.

— Lèche là et doigte lui l’anus, je vais rajouter un accessoire, dit jean.

Ni une ni deux que Marlon se met a me léché lentement en y mettant de la force, il met son index dans un bouche et viens se loger dans mon fondement puis il reprend ses léchouilles, tanto rapide puis lente et violente. Jean s’approche, mes yeux se révulse tant le plaisir est fort, il abaisse la robe sur ma poitrine et pose des pinces a tétons sur chacun de mes mamelons.

— Stop pour son anus je vais m’en charger, dit-il soudainement.

Il enlève son pantalon et viens se mettre dans mon dos, me mord le cou, il me met du lubrifiant puis je sens qu’il force la porte, je tente de me détendre tant que je peux, Marlon intensifie sa succion et me mordille le clitoris, je soupire de plus en plus rapidement je vais hurler, je le sens. Jean rentre en moi, ça me coupe le souffle.

— Anhhhh,annnhh, gemis-je

— C’est ça jouie petite salope ! je vais te prendre tu va savoir comment je m’appelle !

— Oh putain ! ouiii continue, dis-je a Marlon alors que Jean me défonce l’anus.

Jasmine arrive et attrape une petite chaine que je n’avais pas vu jusque là

— Annnnnnnh, annnhhhh ouiiiiii, hurlé-je.

Je jouie, je tremble, je deviens toute molle comme une poupée de chiffon, je m’écoule entre mes jambes et Marlon lèche avec gourmandise mon jus. Jean me culbute ça m’excite encore j’ai le sentiment que jamais mon désir ne va s’éteindre. Jasmine tire un peu sur la chaine ce qui me fait crier et rejeter la tête en arrière.

— Alors tu aimes ça ? mon monde ?

— Ohhh ouiii, annh, dis-je en remuant mon bassin afin de l’avoir plus profondément.

— J’en était sûr, tes ma petite chienne ! Jasmine détache la, s’il te plait.

 

Jeu sextoy dans vagin pendant séance sado maso

 

Il s’enlève de moi, je me sens vide, Marlon s’écarte également, j’ai froid, je prends conscience de ce qu’il m’arrive et je n’ose y croire réellement, j’aperçois une femme a genoux a coté du banc que je n’ai pas vu en arrivant. Jean me soutien et me place a quatre pattes.

— Tu vas tenir crois moi ! tu feras de doux rêve plus tard.

Il revient en moi sa main gauche me tient la hanche et de la droite il prend mes cheveux et les tires a chaque coup de butoir, je crie, gémit, je ma cambre autant que je le peu lui offrant mon cul en pâture, qu’il me le défonce, il me claque le fessier ce qui me fais crier.

— Marlon offre ta queue ma chienne, regarde-la, elle a faim !

Il se met a ma hauteur pour que je puisse le prendre dans ma bouche, sa queue est bander d’excitation, et je dois dire qu’il m’a bien lécher alors ca me fais plaisir de lui rendre l’appareil, je le prend en bouche et le suce aussi vite et aussi profondément qu’il m’en es possible, j’entends des gémissements, des grognements ça m’excite plus.

— Putain ce que tu es bonne petite chienne ! annnh je vais te gicler dessus comme la dernière fois ! gémit jean.

— Tu as le droit Marlon ! lâche-toi ! dit Jasmine.

A cet instant je ne comprends pas de quoi elle parle puis je sens Marlon gicler dans ma bouche, j’essaie de ne rien perdre, mais ça me coule sur le menton. Jean me pince le cul.

— Mmmmmmm, je gémis la bouche pleine.

Jean s’enlève me laissant vide puis je sens un liquide chaud se rependre sur mon dos, il vient de me marquer une nouvelle fois de son sperme, il replace ma robe comme la fois précédente avec ma jupe puis il m’aide a me relever. Je remarque que j’ai encore les pinces aux tétons et d’un coup j’ai peur, peur qu’il tire d’un coup alors que je n’ai plus rien pour me détourner de la douleur. Il s’approche et me les enlèvent lentement puis viens me mordre chacun de mes mamelons, c’est la première fois qu’il me les prends en bouche, j’aurais tant aimé que ça dure plus longtemps. Je tiens difficilement debout après tout ça.

— Te voila ma soumise, petite chienne, es ce que tu as des questions ?

— Il y en a une en effet, es ce que ça va se reproduire cette semaine ?

— Te voila accro a ce que je vois, tant mieux pour moi ! mais tu ne le seras pas j’en déciderai d’où et quand. Maintenant remet le vibro, je dois te ramener.

Je le remets, je suis épuisée, je viens d’avoir tellement de sensation, la télécommande en main il actionne le sex-toy. Nous disons aurevoir a Jasmine, Marlon et la femme et nous partons. Dans la voiture j’ai du mal a garder les yeux ouvert, la vibration elle me tiens éveillée, j’aimerais qu’il me prennent une dernière fois plus doucement mais je sais que ca ne fais pas partie de ses habitudes. Je gémis doucement lorsque nous arrivons sur le parking du centre commercial.

— Repose toi, je reviens très vite vers toi. Enlève le vibro et ne te douche pas aujourd’hui.

— Quand ? je lui demande.

Il soupire puis me répond :

— Bientôt.

Les épaules basses je quitte son véhicule et me dirige vers le miens pour rentrer. Je me demande si la prochaine fois cela sera plus intense, je n’ai jamais autant pris mon pied, prise dans les deux sens du terme. Au départ ça m’a un peu gêné de sucer Marlon mais j’ai mis ca de coté pour y garder que le plaisir et c’est magique, affolant, excitant…

« Dans deux jours si ce n’est pas avant… putain tu va me rendre cinglé, ma bite te veut encore »

« Je te veux en moi aussi… »

 

 

 

 

 

Pour vivre votre fantasme, au tel avec GABRIELLE :

Pour écouter GABRIELLE raconter ses récits sexe par tel :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *