Mon anniversaire tourne au gang bang pour mon plus grand plaisir !

Laura femme libertine mature pour baise à la chaine et gangbang

Allongée sur le dos sur cette table, mon mari se tient derrière moi. Calée contre son torse, et entre ses bras, je peux voir la file indienne des hommes entre mes jambes.

Les chevilles fixées à mes poignets par des lanières de cuir, je ne peux offrir aucune résistance à ces mâles dont le souffle court et rauque me parvient, mêlé au son de leurs queues qu’ils astiquent avec énergie et force.

Arnaud me caresse tendrement le visage.

« Tu les vois mon amour ? ils sont là pour toi. Ils bandent pour toi. Ils vont t’offrir leur bouquet final mais avant cela, accueille chacun d’entre eux entre tes cuisses, Accueille chacun d’entre d’eux dans ta chatte bien humide mon cœur. »

Vous vous souvenez de moi ?

Laura, petite salope BCBG mariée à Arnaud, grand amateur de libertinage et de candaulisme.

L’amour que me porte Arnaud me transcende, me transporte.

Avec lui j’ose !

Être femme et être louve, BCBG et salope.

Je lui parle de mes fantasmes. Il ne commente jamais.

Il me pénètre de son regard ténébreux avant de me pénétrer de son membre viril.

Je suis très excitée car je fête mes 40 ans ce soir et je suis certaine qu’Arnaud me réserve une surprise.

Je l’entends qui rentre du bureau.

« Laura, mon amour, nous sommes attendus, apprête-toi mon cœur. »

Je ne sais pas quelle sera la surprise mais elle sera à la hauteur de mes fantasmes.

A la simple idée qu’Arnaud puisse mettre en scène un de mes fantasmes, je sens ma chatte couler et s’ouvrir comme une corolle.

La fraicheur de ce soir me pousse à passer un trench bleu électrique par-dessus ma robe bleu ciel. Cintrée au niveau de la taille, cette robe dessine à merveille mes opulentes mamelles et mes hanches taillées pour des levrettes en série. Une paire de bas à large dentelle et des chaussures à talons complètent ma tenue.

Arnaud se penche vers moi pour m’embrasser et ouvrir mes jambes d’un geste doux de la main.

« A combien es-tu mon amour ? Humm 6. C’est parfait. »

Nous prenons un taxi qui nous dépose dans cette rue passante de Lille.

Nous traversons la place piétonne main dans la main, heureux et amoureux, en nous dirigeant vers cette ruelle dont tout le monde connait le secret.

 

Super pompeuse de bite

 

L’Eden !

Le club libertin dont je te parle si souvent.

L’excitation est à son comble. Le sang afflue vers ma chatte qui se gonfle. Je perçois maintenant nettement les pulsations et l’ouverture maximum de mon sexe.

Une volée d'escaliers mène à une première salle. Un mur de « Glory Hole ».

« Mon dieu Arnaud, toutes ces bites ! »

« Elles sont à toi mon cœur, j’ai privatisé l’Eden pour toi, toutes ces queues sont à toi ».

Libérée de mes vêtements je ne conserve que mes bas, mes chaussures à talons et mon redresse seins, à ta demande.

Ainsi parée je m’agenouille devant chacune de ces bites pour les prendre en bouche.

Je goûte avec délectation chacune d’entre elles. Des petites, des grosses, des longues, des circoncises, des larges, des brunes, des blanches…

Je les compte.

16 bites.

16 bites que je prends en bouche et que je fais durcir en me retenant de les faire exploser dans ma bouche ou sur mes mamelles.

La soirée ne fait que commencer.

Je t’avais parlé de mon envie de pluralité masculine,

Tu me combles !

16 mâles, 16 bites, 16 paires de couilles gorgées de foutre bien épais.

Tu leur as demandé une semaine d’abstinence. Une semaine sans se vider les couilles.

Tu leur as expliqué à quel point je fantasme de me faire prendre par plusieurs hommes, les uns derrière les autres. Tu leur as tout expliqué en détail.

M’attacher les chevilles aux poignets, jambes écartées, la chatte offerte.

Les mains ainsi bloquées je ne pourrais me branler car j’ai la fâcheuse tendance à rechercher mon plaisir solitaire même en présence d’une queue.

Il faudra aussi que l’un d’entre eux maintienne mes jambes écartées à hauteur des genoux.

Le but de la soirée est de me donner un maximum de plaisir avant le bouquet final.

Nous quittons cette première pièce et traversons un couloir.

De part et d’autre du couloir, des cellules d’où me parviennent les grognements et les soupirs des corps enlacés.

Nous parvenons à une salle voutée. Mon regard perçoit immédiatement la table et les lanières de cuir.

« Ma chérie, je vais devoir t’attacher. Tu le sais, il le faut mon amour. Ce soir je veux que tu jouisses grâce à ces hommes, grâce à cette mise en situation. Sans te caresser ».

Alors tendrement Arnaud m’attache sur cette table.

Les poignets liés à mes chevilles par des lanières de cuir, mes jambes sont maintenues écartées à hauteur des genoux par les mains puissantes de 2 hommes assoiffés de sexe. 2 grands blacks aux mains puissantes, la queue dressée, prête à être sucée.

 

 

Sa bonne chatte de pute bien bouffée pour préparer une baise à la chaine

 

Ainsi offerte, je sens mon sexe palpiter, prête à être baiser comme une salope, une chienne en chaleur. Mes gémissements ne laissent aucun doute sur mon état.

« Arnaud mon amour je n’en peux plus, dis-leur de me baiser »

D’un mouvement de tête, Arnaud donne le départ.

Leurs mains s’emparent de mon corps, les unes s’attardant sur mes cuisses, les autres sur mes mamelles.

Je sens des mains impatientes me doigter tandis que les bites se succèdent dans ma bouche, sur mon visage.

« Messieurs, ma salope de femme est à vous. Baisez-la comme elle le mérite. Ce qu’elle aime par-dessous tout c’est de voir vos queues la pénétrer. Lentement. Prenez le temps de jouer avec sa chatte et votre gland »

Ces salauds ont bien saisi le message. Je les vois donc se mettre en file indienne entre mes jambes.

Arnaud leur a attribué un numéro de passage.

Numéro 1 agrippe sans ménagement mon bassin pour me rapprocher du bord de la table. D’un geste lent et précis il appose son gland juste à l’entrée de ma chatte.

Concentré sur mon clitoris, Numéro 4 prend un malin plaisir à me faire monter puis à s’arrêter juste avant que je ne décharge.

Je n’en peux plus. Le mouvement de rotation léger de Numéro 4 sur mon petit bouton, les allers et venues du gland de Numéro 1 à l’entrée de ma chatte me déchainent.

Je les supplie de me baiser. Mais c’est à Arnaud qu’ils obéissent.

Alors un par un, chacun de ces hommes va venir me pénétrer et effectuer de lents va et vient avec son gland d’abord, puis avec sa queue.

J’en rêvais de cet instant.

Toutes ces bites, toutes ses mains qui parcourent mon corps, mon visage.

La sensation délicieuse de ces glands gonflés de désir qui pénètrent lentement ma chatte qui n’en peut plus, qui réclame son dû.

 Ces couilles que je sens chargées de foutre.

Ces hommes se retiennent et obéissent à Arnaud et je vais vite saisir pourquoi.

Tout en me détachant Arnaud me bascule sur le côté et me glisse à l’oreille.

« Sois une bonne chienne mon amour, mets-toi à 4 pattes et écarte bien les jambes. Lève la tête, regarde le miroir. Je sais que tu adores regarder tes grosses mamelles balloter dans tous les sens pendant que tu te fais prendre en levrette comme une bonne grosse chienne »

« Messieurs, je pense qu’elle a atteint le niveau maximum d’excitation. J’aimerai terminer avec un bouquet final en forme de feu d’artifice.

Vous avez vu ses hanches ?

Vous avez vu ce bassin ?  Il est prêt à encaisser vos assauts. Prenez-la messieurs, baisez-la. Les uns après les autres mais surtout gardez votre jus, gardez votre foutre. Puis mettez- vous en ronde autour d’elle. Je serais le dernier à la prendre. Mais je la prendrais sur le dos »

Alors, à 4 pattes face à ce miroir, je subis les assauts de ces 16 hommes, de ces 16 bites. Je sens ces 16 paires de couilles frappées contre mon cul.

Leurs mains agrippent mes hanches, j’entends leurs grognements. Toute la retenue de toute à l’heure a disparue. Ils baisent la chienne en chaleur qui leur est offerte.

Chacun de ces hommes me prend dans une levrette sauvage et juste avant de jouir se retire pour venir se placer en ronde autour de moi.

Pendant que je me fais limer la chatte, j’aperçois mes mamelles qui s’agitent et j’entends le bruit des bites qu’on astique.

C’est au tour d’Arnaud maintenant.

« Retourne toi sur le dos mon cœur, je vais te prendre. Messieurs je veux que vous vous branler au rythme où je baise ma femme, Quand je vous le dirais, déchargez ! »

Arnaud me lime la chatte, alternant de lents mouvements et de puissants coups de bite. J’assiste au spectacle incroyable de toutes ces bites qui sont branlées à notre rythme.

Arnaud n’en peut plus, je le sens.

Maintenant Messieurs. Déchargez !

Et c’est un véritable feu d’artifice.

Une douche de foutre chaud, épais, gluant s’abat sur moi. Mon visage, mes seins, mon ventre sont inondés de sperme.

Je les entends gémir, certains viennent essuyer leurs queues sur ma bouche alors même que je jouis, entrainant Arnaud avec moi.

Mon corps se contracte dans de délicieux spasmes

Mon corps n’est plus que foutre et sueur.

Tendrement Arnaud me prend dans ses bras.

« Joyeux anniversaire mon amour »

 

Pour vivre votre fantasme, au tel avec LAURA :

Pour écouter LAURA raconter ses récits sexe par tel :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *