Ma première expérience lesbienne

Posté dans : Histoire X de Sonia | 0

Je suis Sonia, j'ai 20 ans, je suis étudiante, blonde, assez fine. J'ai pas mal de succès avec les mecs, mais ça ne m'empêche pas de vouloir tester des nouvelles choses. Ma meilleure pote, Marion, une belle petite brune aux aires innocents, m'a toujours fait craquer. Il y a quelques jours, on s'est envoyé des sms assez chauds. Elle m'a provoqué jusqu'à me filer ce rendez-vous ce soir, mais je ne pense pas qu'elle ira jusqu'au bout. Je suis nerveuse... Je regarde ma montre. Putain, c'est génial, je vais être en retard pour mon premier date avec une fille qui me fait de l'effet. Je me redresse sur le siège, passe la main dans mes cheveux blonds et sur ma jupe kaki unie pour la lisser sur mes genoux. J'aurais peut-être dû simplement prendre ma voiture au lieu de monter dans le métro. J'essaie d'avoir l'air innocente alors qu'un autre groupe de jeunes s'installe dans le wagon. Je suis habillée d'une manière assez conservatrice avec ma jupe et ma chemise blanche, mais j'ai l'impression que tout le monde me dévisage. Ce fantasme lesbien me rend complètement parano...

Le train ralenti à un autre arrêt... Mon arrêt. Je rassemble les affaires dans mon sac à main et me dirige vers la porte. Je vérifie ma montre et commence à marcher les deux pâtés de maisons qui me séparent de Marion. La promenade est atroce. Mes nerfs sont à fleur de peau. Je ressens un mélange de stress et d'excitation sexuelle. C'est pourtant chez ma meilleure amie que je vais, comme des centaines de fois auparavant. J'arrive devant sa porte, je me remets juste un coup de gloss, je respire profondément et je sonne... Je l'entends arriver avec le bruit de ses talons sur le parquet. Elle a dû se mettre en bombe juste pour me stresser encore plus...

Elle ouvre enfin et m'accueille avec un tendre sourire. Elle est vraiment belle, avec ses cheveux noirs, soyeux, qui coulent sur le côté de son cou, ses grands yeux de biche, sa bouche, ses lèvres rouges légèrement brillantes... Je fonds sur place. Sa peau est de couleur légèrement caramel. Elle semble innocente et douce mais avec toutes les histoires qu'elle m'a raconté, je sais très bien que c'est une sacrée salope. Elle est à peine maquillée et porte une jolie petite robe blanche et rose avec des motifs. Mon regard descend le long de son corps et je peux découvrir ses bottes hautes en cuir qui me font totalement craquer.

 

 

Je sursaute légèrement lorsqu'elle me prend la main et m'emmène directement dans sa chambre. Après avoir fermé la porte derrière nous, elle se tient face à moi et me lance un "déboutonne ta chemise". Sa voix est douce mais autoritaire. Je sens que je ne vais plus pouvoir reculer. Elle a pris les choses en mains. Cet échange de sms hot a tout changé entre nous et je m'apprête à vivre ma première expérience lesbienne. J'ouvre les premiers boutons de ma chemise, laissant apparaître la naissance de mes petits seins et le tissu de mon soutif. Elle passe son doigt entre et fait des petits mouvements du bout de son ongle, tout en me fixant avec un léger sourire. Mon coeur accélère, je suis un peu perdue, je ne sais pas quoi faire. Je vois qu'elle s'approche. Je sens son souffle chaud sur mon cou. Puis je sens ses lèvres et sa bouche me goûter la nuque. J'en ai des frissons dans tout le corps, et des sensations étranges dans mon bas-ventre. Elle me dévore complètement le cou et commence à venir sur ma joue. Elle me saisit le menton pour tourner mon visage vers elle, puis sa bouche se pose sur la mienne. J'ouvre mes lèvres instinctivement et nos langues se mélangent.

Je me relaxe au fur et à mesure que je lui dévore la bouche. Je suis chaude, humide, en ébullition. J'embrasse même son menton puis revient sur sa bouche pour lui sucer lentement la langue. Elle fait la même chose et c'est un délice. On se dévore comme ça pendant une bonne dizaine de minutes. Je sens alors sa main se glisser entre mes cuisses et l'autre me saisir fermement un sein. Je la laisse faire, je ne peux plus résister. Je suis déjà trempée et je veux que ça s'accélère. J'écarte alors instinctivement les jambes, lui offrant mon intimité sans aucune retenue. Elle passe facilement sa main sous mon string et ses doigts se retrouvent planter en moi, me baisant profondément dans un mouvement de va-et-vient.

Je ne réalise toujours pas que je suis là, avec ma meilleure amie, en train de me faire doigter la chatte bien à fond. Elle s'y prend bien en plus, en tout cas mieux que tous les mecs à qui j'ai laissé le champ libre. Je me lâche complètement maintenant et décide de profiter de cette expérience lesbienne à fond. Je commence même à couiner un petit peu sous les coups de doigts de ma best friend. Un petit clapotis humide raisonne langoureusement dans la pièce. Moi aussi je commence à lui toucher la fente, la première que je peux trifouiller hormis la mienne. Elle est chaude, serrée et terriblement humide. Mes doigts se retrouvent vite plein de mouille. Nous nous doigtons tout en nous roulant des patins à n'en plus finir. J'ai les seins qui pointent et la nénette en feu. Mon clito est dur comme du béton, gorgé de sang et au maximum de sa sensibilité.

 

 

C'est à cet instant que Marion décide de m'allonger sur le dos. Je sais très bien ce qu'elle va faire. Elle relève ma jupe et finit de retirer complètement mon string. Je suis maintenant complètement à sa merci, les jambes écartées, la chatte presque devant son visage. Elle me place un coussin sous mon petit cul afin de relever mon bassin et d'avoir un meilleur accès à toute ma zone génitale. Elle commence par m'embrasser et me lécher l'intérieur des cuisses, lentement et tour à tour. Puis elle dépose un premier bisou sur ma fente, puis un autre, en descendant, et encore un autre, puis elle remonte sur le milieu de ma chatte, ouvre la bouche en grand et m'embrasse le minou comme si elle me roulait une pelle. Je sens à ce moment qu'un flot supplémentaire de mouille se déverse de mon trou, et des vagues de plaisir me font serrer les cuisses.

Mais Marion, malgré ça, se maintient sur mon orifice comme une ventouse et ne relâche pas la pression de ses lèvres et sa langue. Je sens cette dernière tournoyer rapidement sur mon clito, puis plus doucement, et je profite de chaque seconde de ce cunni lesbien. Elle me bouffe la chatte remarquablement bien, comme jamais je n'ai été léchée. Je prends mon pied et pousse de petits cris. La pièce commence à sentir le cul, ce qui participe à cette fièvre érotique qui nous embrase toutes les deux. Je prends même un coussin que je place sur mon visage pour atténuer le son de ma jouissance. Je sens très bien que Marion me baise avec sa langue. Je ne sais pas comment elle fait, mais elle réussi à la rentrer entièrement dans ma motte. Je suis épilée de près et elle peut ainsi profiter de chaque cm² de ma peau. Elle me baise comme ça pendant un long moment, me provoquant plusieurs orgasmes de suite. Je suis épuisée par cet afflux de plaisir qui contracte mon corps à chaque coup de langue bien placé. Marion, le bas du visage plein de mouille, me dépose un dernier baiser sur le clito et me fait promettre que la prochaine fois, ça sera à moi de lui bouffer le sexe. Je comprends que nous n'irons pas plus loin ce soir, mais que ça serait bientôt à mon tour de lui faire du bien...

Pour vivre votre fantasme, au tel avec SONIA :

Pour écouter SONIA raconter ses récits sexe par tel :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *